250 000 $ remis au CIUSSS de la Capitale-Nationale pour la santé mentale des jeunes


© Emilie Nadeau Photographe

Quelque 12 000 enfants et adolescents de la région de la Capitale-Nationale à risque de maladie psychiatrique majeure auront désormais accès à de meilleurs soins. En effet, la  Fondation de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a annoncé aujourd'hui qu'elle décernait la subvention Pour mieux soigner, d'une valeur de 250 000 $, au CIUSSS de la Capitale-Nationale pour améliorer l'accès et la continuité des services en santé mentale pour les enfants et adolescents nés d'un parent souffrant de schizophrénie, maladie bipolaire, dépression récidivante ou trouble anxieux grave.

« Les enfants ou adolescents nés d'un parent atteint d'un trouble mental présentent un risque 20 fois supérieur aux enfants de la population générale de développer une maladie du même spectre que leur parent à l'âge adulte. Présentement, la plupart de ces jeunes et leur famille ne savent ni quand ni comment obtenir de l'aide. Grâce à la mise sur pied du projet HoPE du CIUSSS de la Capitale-Nationale, ils pourront enfin avoir accès aux soins et services dont ils ont besoin », a expliqué madame Lucie Tremblay, présidente de l'OIIQ et administratrice au Conseil d'administration de la Fondation de l'OIIQ.

Les infirmières et infirmiers bacheliers joueront un rôle de premier plan au sein du projet HoPE (Horizon Parent-enfant). Ils seront en effet impliqués dans le dépistage, le suivi et les interventions préventives auprès des jeunes à risque. « La profession infirmière considère la santé mentale et physique dans sa globalité. Elle est donc particulièrement bien placée pour jouer un rôle central afin d'assurer une continuité des soins et aplanir les nombreuses barrières qui font en sorte que moins d'un enfant sur quatre reçoit actuellement les soins requis », a ajouté madame Lucie Tremblay.

Des retombées concrètes à court terme

Le rôle des infirmières et infirmiers bacheliers consistera entre autre à développer une relation significative avec les membres d'une famille,  assurer la continuité des soins et des services durant la vie de l'enfant-adolescent, en particulier lors de la transition au passage à l'âge adulte, mais aussi à enseigner et informer la famille dans une perspective de prévention et de promotion de la santé. Elle agira également de manière à favoriser davantage l'arrimage entre les soins de première et deuxième ligne. Cette approche permettra une intervention en amont des problèmes de santé ainsi qu'une meilleure prise en considération de la cellule familiale et des besoins propres à chaque membre, plutôt que les soins individuels pris isolément.

Le Québec ne compte actuellement que 4 000 infirmières en santé mentale. Pour la profession infirmière, il s'agit d'un secteur en émergence pour affirmer son expertise. En plus d'optimiser le rôle des infirmières et infirmiers au sein des processus cliniques, le projet HoPE permettra de documenter le rôle des infirmières et infirmiers en santé mentale au sein d'une équipe interdisciplinaire.  HoPE contribuera aussi à approfondir les connaissances sur les maladies psychiatriques et de les intégrer dans la pratique infirmière, ce qui bénéficiera à la formation de la relève infirmière en santé mentale. Ces nouvelles façons de faire pourront ensuite être progressivement exportées  dans différents milieux et être adaptées à d'autres clientèles en santé mentale.

» Consultez la fiche technique pour plus de détails concernant le projet
» Téléchargez l'image en haute résolution (JPG)

Bas de vignette pour la photo :

M. Sylvain Simard, Administrateur de la Fondation de l'OIIQ et Vice-président, Développement des affaires La Capitale assurance
Mme Joanne Lavoie, infirmière clinicienne en santé mentale, Chargée de projets – Projet HoPE
Mme Sylvie Bonneau, infirmière, Directrice des soins infirmiers – Projet HoPe
M. Yves De Koninck, directeur de la recherche du CIUSSS de la Capitale-Nationale
Mme Lucie Tremblay, présidente OIIQ et administratrice de la Fondation de l'OIIQ
Dr Michel Delamarre, président-directeur général du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale;
M. Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux
Dr Michel Maziade, directeur médical et scientifique du projet HoPE au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Vidéos