La Maison des infirmières et infirmiers s'installe au Technopôle Angus

Un édifice LEED de 60 000 pieds carrés

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), le Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF) et la Fondation de l’OIIQ ont inauguré, le 1er octobre dernier, la Maison des infirmières et infirmiers, leur nouveau siège social situé au Technopôle Angus, dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

L’événement s’est déroulé en présence de M. François William Croteau, maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, de représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de l’Office des professions du Québec, ainsi que de nombreux partenaires.

Carrefour de la profession infirmière

La Maison des infirmières et infirmiers est un édifice écoresponsable de 60 000 pieds carrés, répartis sur quatre étages. « Véritable carrefour de la profession infirmière, la Maison des infirmières et infirmiers rassemble sous un même toit les trois principaux organismes québécois responsables des activités de protection du public et de promotion et développement de la profession, les activités de rayonnement international et aussi celles de soutien philanthropique à l’amélioration des soins, indique Mme Lucie Tremblay, présidente de l’OIIQ. »

« La Société de développement Angus (SDA) est très heureuse d’accueillir la Maison des infirmières et infirmiers sur le site du Technopôle Angus. Le nouveau bâtiment a été érigé en conformité avec la politique de développement durable de la SDA, selon les normes Leadership in Energy and Environmental Design-New Construction (LEED-NC). L’édifice a été livré au même coût de construction qu’un bâtiment traditionnel, souligne Christian Yaccarini, président de la SDA. »

L’immeuble est notamment doté d’un toit blanc et d’un système de ventilation à haute efficacité, qui permettra des économies d’énergie de près de 40 %, d’un stationnement vert et gazonné, qui contribuera à la réduction des îlots de chaleur, de bornes de recharge pour véhicules hybrides et d’un stationnement pour vélos pour favoriser l’utilisation de transports alternatifs à la voiture. Avec ces caractéristiques, le bâtiment de l’OIIQ vise la certification LEED-NC Argent.

Des valeurs d’avenir

« Nous saluons la venue dans le quartier de ces trois organismes de la profession infirmière qui ont su concrétiser nos valeurs environnementales en implantant ce nouveau bâtiment LEED. En effet, le développement durable, qui est au cœur de nos grandes orientations, concerne le secteur immobilier tout autant que les déplacements sur le territoire, la réduction des déchets et la récupération, soutient François William Croteau, maire de l’arrondissement. »

« S’appuyant sur les principes du développement durable, la profession infirmière est ouverte sur le monde et contribue à améliorer la santé des populations dans un esprit de solidarité avec les citoyens. Nous pouvons être fiers de l’édification d’un tel bâtiment dans un environnement écoresponsable. C’est là une manifestation concrète de l’engagement communautaire de la profession et de son souci de la prévention des maladies, a ajouté Gyslaine Desrosiers, présidente du SIDIIEF et de la Fondation de l’OIIQ. »

Une évolution des besoins

Depuis 50 ans, les bureaux de l’OIIQ étaient situés à Westmount. Au début, l’Ordre ne comptait que 23 213 membres et 27 employés. Actuellement, près de 160 employés travaillent à accomplir la mission de l’Ordre et à offrir des services aux 73 000 membres et 15 000 personnes immatriculées, ainsi qu’au public.

L’ancien immeuble n’était plus fonctionnel, il ne répondait plus à une telle croissance. Par ailleurs, l’édifice demandait des rénovations majeures et une mise aux normes actuelles régissant les bâtiments de ce type.

« La nouvelle Maison des infirmières et infirmiers a été aménagée en visant le maximum d’efficacité pour les activités quotidiennes des employés. De plus, le déménagement a présenté une opportunité de réviser les processus d’affaires, administratifs et technologiques dans un objectif de réduire les coûts et de se moderniser, affirme Lucie Tremblay. L’inauguration de la Maison des infirmières et infirmiers s’inscrit dans la continuité. La profession infirmière a près de 100 ans d’histoire au Québec et son évolution se poursuivra dans ce nouveau lieu adapté à la réalité d’aujourd’hui. »